Josselin Tanguy aka Mr Zeppelin est tout droit sorti des sixties, mais ses planches rétros et techniques sont belles et bien actuelles. Une interview par Johnny Wat.

Peux-tu te présenter pour nos lecteurs ?

Josselin TANGUY, shaper depuis 8 ans maintenant. De retour dans le Finistère Sud où j’ai grandi et pratiqué ce sport depuis pratiquement 20 ans….

Petite histoire rapide : J’ai d’abord appris a shaper seul dans mon garage en bossant sur mes boards puis celles de mes potes. Ensuite, je suis parti en Australie ou j’ai beaucoup étudié les designs et techniques de fabrication, en plus d’avoir fait de très belles rencontres. Revenu en France et voulant toujours proposer au public des planches de qualité, je suis allé me présenter avec mon travail chez UWL à La Rochelle et j’y suis resté pendant 3 ans — J’y ai fait de merveilleux échanges “shapistique” d’abord avec mon ancien boss et mentor Renaud Cardinal, mais aussi avec tous les shapers et glasseurs internationaux pour qui et avec qui j’ai bossé : Thomas Bexon — Jeff Mc Callum — Malcolm Campbell — Neil Purchase — Ellis Ericson — Matt Yerxa — Marcio Zouvi — John Wesley — Carl Lamaitre — Jake Bowery. Tous ces grands artisans m’ont influencé et poussé dans la voie du créatif, du qualitatif, du beau, et de l’original, mais surtout fonctionnel et SURFABLE. Mais je n’ai jamais oublié la base et comme m’a dit Malcolm Campbell : “n’oublie jamais que nous ne sommes que des fabricants de jouets pour grands enfants !!!! ”

D’où vient le nom de ton atelier ?

Mon label ZEPPELIN vient d’un mix :

Je suis un adorateur de ce groupe mythique qu’est Led Zep;
Mon nom vient aussi surtout de la première board que j’ai shapée et de son observation aux étapes des bevels, tombé de pont et rails — Cela m’a fait pensé a un ZEPPELIN.
Et puis, les « crop circle » de l’ablum remaster, qui est le premier cd que j’ai acheté étant gamin.
Pour agrémenter tout cela, on rajoute finalement un goût prononcé pour la redécouverte des designs surf 60’s / 70’s et on obtient une idée, un concept : à chaque planche une identité propre et le fait de faire comme si un petit extra terrestre s’était posé sur chaque planche…..ZEPPELIN Surfboard était né……

Pourquoi le shape ?

Pourquoi pas ? C’est surtout ça !!! J’ai bossé dans d’autres domaines comme la banque ou l’immobilier mais quand on se rend compte que l’on passe le plus clair de son temps au taf autant que ce soit un taf qui plaise et qui te donne envie d’y retourner le lendemain ! De plus, j’adore faire découvrir de nouvelles sensations aux gens passionnés par le surf — et pour moi il y a rien de plus gratifiant qu’un client qui te dit : “Bordel j’ai jamais été aussi vite que sur ta board” — je trouve que ça vaut tous les dollars du monde (même si je cracherais pas sur tous les dollars de monde 😉

Est-ce que tu penses que shaper des boards nous fait changer notre approche du surf ?

Évidemment! Shaper une board force à se rendre compte de la difficulté et de la technicité nécessaire pour un bon résultat — Je pense que beaucoup de surfeurs devraient s’y essayer et je suis certain qu’il y aurait plus de respect pour l’artisan shapeur local et plus de tolérance –

Cela pourrait faire changer d’avis ceux qui sont pour une planche toujours moins chère et donc souvent fabriquer par des enfants chinois qui ne verront jamais la mer de leur vie !!! De plus, je pense qu’on modifie instinctivement notre manière de surfer et notre rapport a l’objet “surf” quant c’est sur quelque chose que l’on a payé en sueur et non pas seulement en fric.

Tu préfères la poussière d’un shape room ou les vapeurs d’une salle de strat ?

La poussière d’une shape room — pour son ambiance et le fait que je m’y sente dans mon monde, dans ma bulle — les deux sont très intéressants au niveau créatif, mais la strat est plus toxique et te contraint à plus de technique et peut être un peu moins de feeling –

Peux tu nous parler du shape, as-tu des références, des inspirations dans ce domaine ?

Mes inspirations proviennent d’abord de mes expériences personnelles sur mes boards et de ce que j’aimerais en tant que client trouver dans un shape : facilité de rame et départ en vague, nervosité ou au contraire un coté “smooth lose” , vitesse, manoeuvrabilité, mais surtout DU FUN — J’aime découvrir ou plutôt redécouvrir mon sport à travers un nouveau support, avoir de nouvelles sensations de glisse !!!!!!!!

Ensuite viennent mes rencontres avec d’autres shapers :

Thomas Bexon m’a énormément appris sur le fonctionnement d’un longboard

Jeff Mc Callum pour ses design compact, mais volumineux donc agréable a la rame et en glide –

Neil Purchase pour ses lignes pures.

Et Monsieur Malcolm Campbell pour sa constante recherche de qualité maximale et pour sa droiture durant le passage à vide historique des Bonzers, il savait que malgré tout ce qui a pu être dit, son système Bonzers était magique et reviendrait sur le devant de la scène surf.

Le fait est que j’ai vraiment pu échanger avec ces master shapers et qu’ils sont des moteurs pour moi — maintenant je reste très ouvert à toutes les innovations en matière de design et techniques de teinte — et il m’arrive d’être surpris par certains “shaper de garage” qui montrent une créativité incroyable de par le monde !!!!

Grande planche ou petite planche ?

Plutôt petite planche compacte mais volumineuse et confortable.

As-tu des manies quand tu shapes ?

Oui : j’en ai plein mais pour n’en citer que deux :

Toujours shaper avec de la musique qu’on aime et qui nous fait nous sentir bien !!!!!!!

Fermer les yeux et faire tourner la planche dans mes mains pour ressentir les différences de volumes quand je shape les rails — c’est très important car on ne ressent pas les choses de la même façon des deux mains !!!! Le fait de fermer les yeux et de faire tourner la planche comme une aiguille de montre, permet d’oublier nos repères visuel. Ainsi, on peut mieux se concentrer uniquement sur le ressenti tactile.

Que penses-tu du renouveau des planches rétros ?

Ça fait maintenant quelques années que la mode rétro est réapparue et je pense que cela venait d’un ras le bol du performant pour le performant en plus de la grande industrie du surf qui voyait là une opportunité de toujours vendre plus.

Comme nous ne sommes pas tous des Kelly SLATER, les surfeurs ont voulu retrouver plus de glisse, plus de facilité, plus de fun avec des designs plus larges et volumineux que les cures dents que tous les shops proposaient. Après ça dépend de ce que l’on recherche comme sensations dans le surf, bien évidemment.

On ne peut pas tous aller surfer quatre fois par semaine toute l’année; mais quand nous y allons, nous voulons tous apprécier notre session — et le surf étant déjà un sport ingrat, car technique et qui ne tient qu’à quelques secondes debout pour des heure à ramer, et parfois dans des conditions climatique rudes et difficiles — alors quant on ajoute à cela un support qui n’est pas adapté a son niveau — la frustration est à son comble — (même si on pourrait y ajouter le jeune “rippeur” qui sans aucun scrupule ne te laisse aucune vague ; mais là on est dans un autre domaine).

Le surf rétro a donc été revisité et les designs ont été modernisés. Ainsi, ils te permettent de prendre beaucoup de vagues facilement en ayant un max de FUN et ainsi de ressortir de l’eau avec le sourire.

C ‘est important le sourire !!!!!

Que penses-tu des planches de surf « shapées » en Chine et vendues ensuite dans les surfshops ?

Je pense que les chinois doivent en avoir “ras le cul” de shaper toujours les mêmes boards avec (des fois mais rarement) une petite variante dans la déco et pour en plus, ne pas savoir ce que c’est de surfer pour la plupart !!!

Maintenant il faut de tout pour faire un monde mais cela dépend de notre vision du monde !!!!

Tu penses quoi du pré-shape ?

Je pense qu’il faut d’abord savoir shaper à la main c’est juste — CONNAÎTRE SON MÉTIER — et savoir d’où l’on vient.

Maintenant, je ne dénigre pas le pré-shape bien au contraire. Il est pour moi le garant d’une régularité dans l’aboutissement des designs notamment sur les shortboards.

Quels sont tes objectifs pour cette nouvelle année ?

Qu’on me connaisse et qu’on respecte mon travail et mes idées.

Est-ce que tu peux nous raconter une session parfaite ?

C’était lors de la première session shape de Malcolm Campbell en france chez UWL. Je me sentais comme un gamin car j’avais eu l’énorme privilège d’avoir vu shaper mon premier vrai Bonzer, c’était avant l’été : les jours étaient longs, il faisait chaud et il y avait une très belle houle qui était arrivée ce jour en plus d’un très bon pote Breton qui me rendait visite — nous somme allés surfer jusqu’à la nuit ensemble — je me suis gavé avec mon micro single fin — “JUST A PERFECT DAY” !!!!!

Que penses-tu de l’évolution de la glisse en France, et plus particulièrement en BZH ?

Cela n’est que le début — la population de surfeur ne fait que croître et j’en suis content — maintenant j’aimerais qu’il y ait plus de respect et plus de sourires à l’eau –

Si tu ne devais garder qu’un outil, ce serait lequel ?

Mon immagination ( et aussi mon skil 100 type 4 vu que c’est mon père qui me l’a acheté grâce à Jeff Mc Callum : ce sont des rabots de légende et celui-ci fonctionne à merveille)

Un mot pour conclure !!!

“ENJOY”

A propos de l'auteur

Ronan Benoît
Rédacteur en chef

Rédacteur, photographe passionné, fondateur de Surfing L.A. J'embrasse la culture waterman. Maître-Nageur de profession. http://cours-particuliers-natation.fr/