Portrait d’artiste : Thomas Lodin

Republication d’une interview de 2015

Thomas Lodin est un nantais pas comme les autres. Passionné de photographie et de sports de glisse, sa jeune carrière l’a déjà amené à travailler pour des magazines et des marques de surf. Rencontre avec un artiste nantais.”

Une présentation rapide pour nos lecteurs?

Je m’appelle Thomas Lodin, j’ai 21 ans et je suis né et je vis à Nantes. Je suis étudiant en dernière année d’arts graphiques (à Nantes aussi). J’ai découvert les sports de glisse en commençant par faire du BMX vers l’âge de 10–11ans, en parallèle je pratiquais, pendant les vacances d’été, le bodyboard à Gohaud, tout près de chez mes grands parents en rêvant un jour de me mettre au surf ! Puis vers l’âge de 15–16 ans, mon frangin m’a offert une shortboard qu’il avait reformée (elle était cassée en deux) et depuis je ne peux pas m’imaginer sans aller à l’eau une fois par semaine que ce soit en longboard, en mini simmons ou en bodysurf !

Ma troisième passion, après le surf et le BMX, c’est la photographie, que j’ai approchée en pratiquant ces sports-là, au début sans prétention et puis au fur et à mesure j’ai voulu travailler un peu mes cadrages pour avoir des photos plus jolies et aujourd’hui ça me permet de travailler en tant que photographe en parallèle de mes études dans des milieux que j’aime et c’est plutôt cool je dois l’avouer !!! Merci à ceux, au passage, qui me font confiance dans mon travail !

 

Peux-tu nous raconter ton parcours jusqu’à ta récente collaboration avec la marque Hoalen ?

Du coup comme je le disais, j’ai découvert la photo en pratiquant tout d’abord le BMX. Au début, j’ai eu un petit bridge pour ramener des souvenirs de sessions entre potes puis au fur et à mesure j’ai voulu travailler mes cadrages, trouver de bonnes lumières pour faire de jolies photos. Cela m’a permis petit à petit de travailler pour des magazines de BMX de temps en temps (SOUL BMX notamment et des marques pour quelques pubs), mais aussi pour d’autres clients en dehors du BMX !

Ensuite j’ai commencé le SURF et forcément j’ai orienté mon appareil vers l’océan. Aujourd’hui je ne peux pas partir en session sans mon boîtier… Au cas où! Cela permet de figer un moment, une atmosphère, une lumière et de pouvoir avoir une trace, c’est vraiment ce que j’aime. Dernièrement, j’ai eu l’occasion d’aller en stage long chez le photographe de surf Damien Poullenot/Aquashot et il m’a appris beaucoup ! Depuis j’ai investis dans un caisson étanche et c’est le kiff !

Pour en revenir à mon travail avec Hoalen, je suis cette marque depuis quelques années maintenant, j’ai toujours bien aimé ce qu’ils faisaient : les produits, mais aussi leur univers et le message qu’ils véhiculent. Ils suivaient un peu mon travail en parallèle puis, en partie, grâce à mon frère qui y travaille depuis quelque temps, il m’a présenté ! Depuis, on travaille en équipe de temps en temps (lui à la vidéo et moi aux photos) pour une série de reportages photo sur les Ambassadeurs de la marque. Mathieu Maréchal, en longboard est le premier avec un style impressionnant !!! Un vrai cadeau à shooter !!!

En parallèle de ça, j’ai eu l’opportunité d’accompagner le mois dernier, l’équipe de la marque dans un surf trip éclair sur une des multiples îles du Finistère nord. Au programme : Pirogue / Surf / Camping pour deux jours ! C’était dingue, les paysages sont vraiment beaux, les lumières de l’automne aussi avec une météo qui était de notre côté et un petit surf au réveil le lendemain matin ! Vraiment sympa, mais trop court ! Il devrait y avoir quelques petites choses à venir tout au long de l’année avec eux avec notamment la poursuite de la série sur leurs ambassadeurs !

Tu es l’un des membres fondateurs d’un mag online Sorry Mom ainsi que Corruption Concept, peux tu nous en parler, quels sont vos objectifs avec ce magazine ?

Alors Corruption Concept, tout d’abord, c’est un site web d’actualités de sports de glisse que j’ai créé avec un pote il y a quelques années maintenant (2008 il me semble). Le but c’était de, plus ou moins, promouvoir et offrir une visibilité à ces sports dans la région avec des photos, des vidéos et un peu de texte ! Une sorte de plate forme pour réunir toutes les communautés des sports de glisse que ce soit du BMX, Surf, Longskate, Wakeboard…etc. Malheureusement depuis quelque temps c’est un peu endormi, car je n’ai pas trop le temps… Je réfléchis aussi à comment je pourrais l’améliorer si je le refais vivre… En attendant pour lire les articles précédents sur : http://www.corruptionconcept.com/

Pour Sorry Mom, c’est en quelque sorte une extension de Corruption. Promouvoir les sports de glisse, leurs cultures, leurs pratiquants et dériver autour de ces milieux là. C’est donc un web magazine que nous avons créée avec mon pote Adrien Ballanger afin de réunir nos passions pour le graphisme, la photographie et les sports de glisse. Nous avons réalisé 4 numéros pour le moment, malheureusement ce projet est aussi en ralentissement, car nous sommes en dernière année d’étude du coup on a pas mal de boulot et on ne peut malheureusement pas tout faire… Pas de nouveaux numéros donc pour les prochains mois, mais on redémarrera la machine à la fin de l’année scolaire en se donnant plus les moyens et sous un nouveau format plus adapté ! Et qui sait, peut être un jour le sortir sur papier !

Pour suivre les actus du mag en attendant, voici la page facebook : https://www.facebook.com/sorrymommag

et le tumblr pour retrouver tous les numéros : http://sorrymommag.tumblr.com

Depuis quand fais-tu de la photo ? Quel matériel utilises-tu ?

J’ai eu mon premier appareil photo il y a 6 ans à peu près, donc on va dire que ça fait 3–4 ans que je m’y suis mis sérieusement.

Pour le matériel, j’ai un boîtier Canon, des objectifs allant du fish-eye au 50mm, téléobjectif 70–200mm, flashs et transmetteurs pour le BMX et caisson étanche pour l’aquatique ! J’ai aussi des Canon AE-1 et 1000F (ancien de mon père) en argentique. J’aimerai bien agrandir un peu la famille… mais pour l’instant je suis avec ça et ça me permet d’être tout de même assez polyvalent.

Tu es originaire du coin , comment décrirais tu la région d’un point de vue photographique et de la glisse ?

D’un point de vue photographique, la région est pas mal dotée. On a une variété d’environnements urbains ou il y a mille choses à faire, des endroits un peu plus reculés avec des paysages de campagnes plutôt paisibles et jolis et puis bien sûr fleuve, rivières et océan sont à notre portée et de ce coté là c’est pas mal non plus — falaises, grandes plages…etc. Il y a des jolies choses à faire avec de bonnes lumières.

Du coté de la glisse, c’est un peu plus complexe, on a pas mal de spots, mais il faut s’attarder pas mal dessus et bien les étudier pour trouver des vagues. C’est un peu la loterie à chaque fois, on sait pas trop ce qu’on va trouver et c’est sympa d’un côté, mais de l’autre, on s’est pris pas mal de vestes et en venant de Nantes, ça fait un peu cher… Du coup j’avoue que pour assurer le coup, on s’oriente plus souvent vers les régions voisines (Vendée et de temps en temps Morbihan) lorsque les conditions sont petites. D’un point de vue photographique, le seul mauvais point par ici : la couleur de l’eau pas très engageante…sinon les spots sont plutôt jolis et variés (grandes plages, falaises, criques, pêcheries, baies…etc.)

As-tu une bonne session ou une session parfaite à nous raconter, en région ou en trip ?

Il y en a beaucoup ! J’ai quelques souvenirs d’un Morbihan en plein hiver l’année dernière, vagues pas tellement grosses, mais longues, seulement 2 à l’eau avec un de mes potes et du coup en longboard c’était le pied ! Festival du noseride ! J’en ai eu de pas mal aussi en Vendée et en région.

Une qui me revient, c’était en fin d’été à Seignosse ! En boardshort jusqu’à plus de 22h (à la nuit en fait), une droite rapide et longue digne d’un point break — pures sensations, c’était aussi le festival, mais en petite planche cette fois-ci ! Pour un niveau de surf intermédiaire les Landes quand c’est pas trop gros c’est vraiment bien, mais malheureusement l’ambiance à l’eau était vraiment déplorable, j’avais jamais vu ça…

Pour toi, quel place à l’art dans la glisse ?

Une place très importante ! C’est deux univers complémentaires. La pratique d’un sport de glisse est vraiment super libre et chacun fait ce qu’il veut, il n’y a pas de règles établies, pas de « conformité » à avoir. D’autant plus que chaque vague est différente, tu dois donc chercher à t’adapter en fonction de ce qu’elle te dicte et c’est une forme d’art en quelque sorte. Ensuite toute la culture qui gravite autour inspire ses pratiquants (pas tous évidemment) et les oriente vers l’art pour essayer de retranscrire des ambiances, des sensations, des moments. Je pense que c’est un des seuls univers sportifs pour lequel il y a autant de pratiques artistiques (peinture, photos, films, sculptures, musique…etc.) et une culture riche. Il y a tellement de choses et c’est devenu indissociable.

Que penses-tu de la résurrection du trip surf et du surf roots dans l’univers des marques de glisse ?

Pour ce qui est du surf roots, ça a toujours été le cliché du surfeur mais ça n’a jamais cessé d’exister mais ce n’est pas une généralité. Pour moi il ne s’agit pas de résurrection du trip surf, il y en a toujours eu et il y en aura toujours. La seule chose qui change depuis plusieurs années maintenant c’est d’essayer de faire ça autrement et de « communiquer » en partie la dessus (Live the search, let’s get lost…etc etc)

Pour les uns ça sera de faire en sorte de réaliser des trips sans dépenses inconsidérées et de prouver qu’il ne suffit pas de partir loin pour s’amuser tout autant et profiter. Pour d’autres ça sera la recherche des spots inconnus en partant en exploration (plus ou moins loin), revenir aux débuts de la discipline et redonner un peu d’aventure dans le surf. L’envie de voir autre chose, s’échapper des destinations phares et changer du quotidien. C’est sûrement les raisons pour lesquelles le trip est peut être remis en avant ! Pour faire rêver et donner envie !

As-tu un dernier mot à passer ?

Merci à vous le crew de Surfing L.A pour ces questions, votre initiative de mettre en lumière le surf dans la région est plutôt bien venue ! On se fiche des haters ! Haha. Désolé pour mes réponses-romans vraiment trop longues… et merci encore à ceux qui me soutiennent que ce soit ma famille, potes ou « clients » (qui sont un peu plus que de simples clients !) !

Big up

Watch, Enjoy and then Ride !

Pour suivre Thomas : http://thomaslodin.tumblr.com

A propos de l'auteur

Ronan Benoît
Rédacteur en chef

Rédacteur, photographe passionné, fondateur de Surfing L.A. J'embrasse la culture waterman. Maître-Nageur de profession. http://cours-particuliers-natation.fr/