On a vu dans un article précédent comment savoir si son spot était exposé à la houle, ou plutôt tel type de houle. Pour ceux et celles qui n’ont pas vu cet article, cela se passe par ici : http://thewatermensociety.com/2018/07/28/quest-ce-quun-spot-expose-quest-ce-quun-spot-de-repli/

Nous allons voir maintenant, la deuxième chose la plus importante dans le surf / body / sup, après les vagues : l’exposition au vent. 

Etape 1 : connaître l’exposition au vent de son spot

Pour connaître si un spot sera on-shore, c’est à dire que le vent viendra directement en ligne droite de la mer vers la terre, la plus mauvaise exposition possible en surf pour le vent, c’est simple, il suffit de se référer à son exposition en houle.

Par exemple : si le spot est exposé à une houle de sud-ouest, un vent sud-ouest sera on shore. Si le spot est exposé nord-ouest alors un vent de nord-ouest sera on shore et ainsi de suite.

Ceci étant-dit, les surfeurs, et bodyboard ne recherche pas un vent on-shore mais un vent off-shore, c’est à dire de direction contraire. Pour savoir si son spot est off-shore, c’est simple, le vent doit être de direction opposé à l’exposition de la houle.

Un spot exposé à la houle d’ouest sera off-shore par vent d’est. Un spot exposé à la houle de nord-ouest sera off-shore par vent de sud-est, un spot exposé sud-ouest aura besoin d’un vent de nord-est et ainsi de suite.

Seulement, si d’un premier abords, connaître l’exposition peut sembler ainsi très simple. Un spot n’a pas forcément besoin d’un vent parfaitement off-shore pour fonctionner, et c’est là que les particularités locales vont rentrer en jeu.

Etape 2 : connaître les particularités locales, les fenêtre de vent

Un spot n’a pas besoin uniquement d’un vent off-shore pour fonctionner. Comme il n’a pas uniquement besoin d’une houle qui correspond parfaitement à son exposition pour fonctionner. On va parler plutôt de fenêtre de houle, et pour le vent de fenêtre de vent pour lesquelles un spot peut fonctionner. Ces fenêtre de vent et de houle vont prendre en compte les particularités locales de chaque spot (présence de falaises bloquant le vent, présence d’îles au large bloquant certaines houles…).

Un spot de surf peut ainsi produire des conditions de surf correctes avec un vent qui est dit side-on, ou side-off suivant que l’on voit un verre moitié plein ou moitié vide. Pour calculer la fenêtre de vent de votre spot, il suffit de deux choses, une règle et un stylo. D’après vos connaissances personnelles locales et la lecture d’une carte, vous tracez dans un premier temps, l’exposition à la houle de votre spot.

Ici, on a pris l’exemple de la baie de la Baule / Pornichet. La zone entre les 2 trais noirs représente la fenêtre de houle.

Une fois que vous avez fait cette première carte, il suffit ensuite de faire le même travail pour la fenêtre de vent. Et de prendre une boussole pour savoir quelle direction de vent vous aurez entre les deux extrémités de la fenêtre de vent.

Vous aurez ainsi, une bonne idée de la fourchette de conditions possibles pour votre spot favori.

Certaines particularités locales peuvent s’ajouter.

Par exemple :

  • Certains spots ne supportent pas du tout le moindre vent on ou side-shore. C’est souvent le cas des spots aux vagues très creuses ou les slabs. Ces spots sont tellement capricieux que la moindre imperfection fait s’écrouler la vague, rendant le spot insurfable.
  • Certains spots supportent relativement bien le vent on-shore ou side-shore. Ce sont souvent le cas des vagues assez molles que ce soit sur un reef ou un beach break. Les vagues déferlant lentement, le fait que tu vent perturbe le déferlement, ne gêne pas trop le surf.
  • Certains spots sont off-shore par vent d’ouest. Les spot est donc exposé à l’est. Ces spots sont rares et jalousement gardés.
  • Lors des grandes marées, le niveau d’eau augmente sur les spots, rendant leurs déferlement plus lent, ces conditions permettent de surfer plus facilement avec un vent on-shore ou side-shore.
  • Certains spots ont des vagues proches de falaises hautes, ces falaises offrent une excellente protection au vent.

A propos de l'auteur

Ronan Benoît
Rédacteur en chef

Rédacteur, photographe passionné, fondateur de Surfing L.A. J'embrasse la culture waterman. Maître-Nageur de profession. http://cours-particuliers-natation.fr/