Concernant les planches de surf, on a par tradition deux grands types de planches : les shortboards, et les longboards. Les shortboards sont plus modernes, beaucoup plus courts que les longboards, plus maniable. Les longboards sont les planches traditionnelles, longues, à forte inertie, très flottante, moins maniable.

Rien que dans les catégories de longboards et de shortboards, on a des sous-catégories qui sont en fait des déclinaisons en terme de shape, d’ajustement, de volume, de types d’ailerons de ces deux catégories.

  • Les longboards – nose rider (large, volumineux) – les longboards perf (étroits, moins de volume, pour surfer « comme un shortboard » – les tradionnels, les « faux » longboards (entre 8 et 9 pieds), les longboards polyvalents (mix entre le perf et le noserider)…
  • Les shortboards – les shorboards perf (étroits, peu de volume, rails fins) – les shorboards normaux – les evolutives (sorte de shorboard pour des niveaux intermédiaires)…

Outre ces deux grandes catégories et toutes leurs déclinaisons, on a aussi des planches plus ou moins atypiques, qui seront l’objet de notre article aujourd’hui.

Première hybride : le fish

La plus ancienne planche hybride : le fish. C’est également l’ancêtre du shortboard Thruster actuel (le tri-fins de Simon Anderson). Le fish est une planche petite souvent inférieure à 6 pied, avec un large fish tail caractéristique, traditionnellement monté en twin fin, la planche est volumineuse. Un fish se surf comme un fish. C’est un type de surf à part entière, tout en courbe. Cette planche est excellente comme planche dans les petites vagues, voir même dans des vagues de tailles moyennes ou grosses vagues (mais là, c’est une question de niveau d’expertise). Ce genre de planche décroche plus facilement qu’un shorboard, tourne moins sec, c’est une planche excellente pour apprendre et s’entraîner à poser son surf et gagner en fluidité.

Attention, si de premier abord un fish peut apparaître comme un shorboard en plus facile pour un débutant, le fish ne se surf pas comme un shortboard. Si vous voulez vous concentrer sur le shortboard, une bonne planche évolutive sera plus proche du shortboard. 

Au sein même de la catégorie des fishs, on retrouve différentes catégories de fishs : les fishs traditionnels et les fishs modernes. Les fishs modernes sont plus axés performances, tandis que les traditionnels sont plus proches de l’esprit d’origine du fish. Les fishs peuvent se retrouver en twin-fins ou en quatro (4 ailerons) également.

Deuxième hybride : le bonzer

Le bonzer est un système de dérive très spécial, inventé par les frères Malcom. Mais résumer le bonzer à un système de dérive serait beaucoup trop réducteur. Les bonzer sont des planches à part, au niveau du shape, vous reconnaitrez un bonzer surtout en retournant la planche. Ces planches sont peu communes sur nos côtes, mais elles ont de sacrés avantages. Elles sont rapides. Enfin, non, ce sont de vrais TGV.

Les bonzers accélèrent, conservent une vitesse par une unique combinaison de dérives et de shape. Autrefois réservés pour des vagues puissantes et de qualité, ces planches peuvent se surfer si les côtes sont adaptées dans tous types de vagues. Attention cependant, ces planches ne supportent pas le clapot.

Pour en savoir plus sur le bonzer.

Troisième hybride – le mini simmons

Si l’on pouvait décrire très globalement un mini simons, ca serait prendre un longboard que vous coupez globalement en 2 ou 3 suivant la taille du mini simmons, sans oublier d’enlever la dérive centrale. Le mini-simmons est une planche très courte, largement sous les 6 pieds, large, voir très large, et épaisse. Le plus souvent elle est équipée en deux petites dérives. C’est une planche qui marche très bien là où le shortboard traditionnel ne marche que très peu (sauf gros niveau), les petites vagues molles.

On peut utiliser un mini-simmons dans des vagues vraiment petites à la place d’un longboard tradionnel si on veut gagner en maniabilité par exemple. Le mini-simmons est une planche qui marche tout le temps, très planante. Le surf du mini-simmon est planant, doux, plus « à plat » que sur le rail. Attention cependant, le mini-simmons n’est pas forcément fait pour surfer des grosses vagues. Déjà dans un bon mètre 50, il faut pas mal de niveau et de confiance en soi pour bien surfer en mini-simmon.

Quatrième hybride : l’egg

L’egg, est une planche dont la longueur est comprise entre celle d’un shortboard (dans les 6 pieds plus ou moins) et un mini-longboard (dans les 8 pieds plus ou moins). Ce sont des planches dites « fun ». Ce ne sont pas des planches pour « performer » dans les vagues, mais pour glisser, avoir de la vitesse, placer ses manoeuvres, avoir une bonne relance. Vous ne placerez que difficilement un roller à midi avec ce genre de planche, mais par contre quand le surf n’est pas parfait, que vous n’êtes pas en grande forme, que vous ne surfez pas tous les jours, … la planche fera une bonne partie du travail en pardonnant les erreurs, cela rend les sessions bien fun, quelque soit les conditions.

Un egg à un shape assez doux.

Cinquième hybride : les mini-malibus

Les minis-malibus sont surtout populaires grâce à Bic et sa fameuse 7’3, mini-malibu bic. Si un mini-malibu bic peut convenir à un débutant qui souhaite apprendre à se lever et faire ses premières glisses. Le mini-malibu prends tout son sens déjà rien qu’en passant d’une planche en plastique bic à une planche en résine. Vous allez entrer déjà dans un autre monde.

Les mini-malibus sont des planches plus réactives que des longboards, qui flottent bien, qui portent bien, et qui seront des planches mi-longueurs bien sympa à surfer toute en courbes sur des vagues longues.

Un mini-malibu (avec un peu de volume à l’avant pour nose-rider) et surtout beaucoup de niveau à l’eau.

 

Sixième hyrbide : les hybrides spéciaux

Les spécialités propres à chaque shapers.

Les plus connus internationnalement

La hypto-crypto

Une des planches hybrides les plus connues. Une planche passe-partout.

La wombat de chez Bear

Le « shorboard » des longboardeurs.

Les planches TOMO


Le skateboard des vagues.

En surfant régulièrement des hybrides pour leurs qualités, vous progresserez rapidement, car les compétences et sensations acquises peuvent se transmettre d’un surf à l’autre, d’un type de shape à l’autre.

A propos de l'auteur

Ronan Benoît
Rédacteur en chef

Rédacteur, photographe passionné, fondateur de Surfing L.A. J'embrasse la culture waterman. Maître-Nageur de profession. http://cours-particuliers-natation.fr/